top of page

David Goffin, qui s’est qualifié hier soir pour les quarts de finale du BW Open,

apprécie son rôle de grand frère des jeunes joueurs belges.


Christophe Verstrepen Chef de file du tennis noir-jaune-rouge depuis une décennie, David Goffin est devenu à 32 ans un ancien sur le circuit. Présent au BW Open, le Liégeois a suivi avec attention les prestations des autres Belges. Entre ses matchs pour l’équipe nationale et ses relations avec les espoirs de l’AFT, notre n°1 suit de près les prestations de ses partenaires. "Si je dois évoquer le tennis belge, je dirais qu’il y a un peu de tout. Zizou Bergs essaie de rentrer dans le Top 100 et peut jouer à un très bon niveau mais il connaît encore des hauts et des bas. Kimmer Coppejans est toujours là et il n’est vraiment pas loin. C’est un joueur qui travaille très bien. Il pourrait retrouver un meilleur classement (NdlR: il est actuellement 220), il ne lui manque qu’un peu de chance et d’agressivité. Les jeunes Collignon et Onclin, je les connais bien car je me suis pas mal entraîné avec eux cet hiver. Le niveau était bon. C’est la première fois que je les vois en match à Louvain-la-Neuve. Ils n’avaient rien à perdre et j’ai été agréablement surpris par leur attitude et leur niveau. C’est superbe pour la suite et j’espère que cela va leur faire du bien. Raphaël a joué un bon set contre Mikael Ymer et Gauthier qui bat Humbert, c’est positif. Et à cela on ajoute Joris qui revient bien dans le coup après une période difficile." S’il a vécu dans sa bulle comme la majorité des joueurs du circuit pro pendant de longues années, David Goffin ressent maintenant de plus en plus l’envie de transmettre aux plus jeunes ses connaissances. "Je sens de plus en plus que je peux les aider et c’est pour cela que je vais vers eux ou qu’ils viennent vers moi. Je suis plus ouvert qu’avant pour donner des conseils. Aussi bien cet hiver avec les jeunes, qu’en début de saison à la United Cup avec Zizou, Kimmer et les filles, on a beaucoup discuté, plus qu’avant. Parfois j’essaie de montrer l’exemple mais ce n’est pas toujours évident. Les jeunes sont jeunes et donc moi, je me connais mieux à 32 ans qu’eux à 21 ou 22 ans. Parfois ils ne doivent pas me suivre dans tout ce que je fais. Si je me sens bien et que je me retire un entraînement, ils ne sont pas obligés de le faire. Je donne plus de conseils et j’espère que cela les aide." Pouvoir s’entraîner ou partager avec David Goffin est bien évidemment un plus comme l’expliquait Gauthier Onclin (ATP 338, 21 ans) : "David, c’est toujours super de taper avec lui. Il a un tennis exceptionnel, avec beaucoup de rythme. On peut voir aussi tout le professionnalisme qu’il a, avec Fabien (NdlR : Bertrand, son préparateur physique) et avec Germain (NdlR : Gigounon, son coach). C’est toujours bien de voir comment il se prépare, et de pouvoir se comparer un peu à lui. Il a un côté très simple, très gentil avec nous et c’est un plaisir de pouvoir le côtoyer en dehors des courts." Avec une solidarité belgo-belge très présente: "On s’entend tous très bien, on a effectué beaucoup d’entraînements ensemble cet hiver du côté de Wilrijk. Joris, Kimmer, Michael Geerts, David aussi, Raph et moi. Donc c’est chouette d’être tous ici à Louvain-la-Neuve. Je ne parlerais pas de rivalité, tout le monde se tire vers le haut."



bottom of page