top of page

Important pour le tennis belge la chronique de Dominique Monami

Bien qu’on soit dans la deuxième semaine de l’Australian Open, je voudrais m’attarder sur le BW Open qui se déroule à Louvain-la-Neuve. C’est important pour le tennis belge de soutenir d’une manière ou d’une autre une telle initiative. L’année numéro 1 d’un tournoi est très compliquée car il faut trouver le financement, on parle de 800 000 € dans le cas du Challenger 125 qui a pris place au Blocry, sans avoir un vécu derrière soi. Le public doit se rendre compte qu’il y a d’excellents joueurs qui vont fouler les courts du centre sportif brabançon. On parle ici du plus haut niveau dans la catégorie des tournois Challenger. Cela veut dire que le vainqueur repartira avec 125 points, ce qui est plus qu’un troisième tour en Grand Chelem. Je trouve que vu l’actuel réservoir de joueurs en Belgique avec le seul David Goffin dans le top 100, l’existence d’un Challenger est plus logique qu’un ATP 250 comme à Anvers. Si une des missions des organisateurs est d’aider les jeunes joueurs belges, c’est le niveau adéquat. Fournir à nos talents une expérience dans un tournoi international de ce niveau représente, pour eux, une belle opportunité.

On traverse actuellement au niveau du tennis masculin belge une période de transition et nos jeunes éléments peuvent profiter du BW Open pour prendre des points. La présence de David Goffin à Louvain-la-Neuve s’apparente à un cadeau tombé du ciel pour les organisateurs. Le Liégeois ne peut qu’avoir un impact positif sur le tournoi au niveau de la couverture médiatique et de l’attrait vis-à-vis des sponsors. Et dans l’autre sens, le tournoi peut être utile à notre numéro un. Après sa déception à Melbourne et son forfait, David va recevoir l’opportunité de disputer de bons matchs tout en reprenant de la confiance et du rythme. Tout en n’oubliant pas qu’un succès lui offrirait 125 points au ranking ATP. Ce qui est loin d’être négligeable. Ce que je regrette, par contre, c’est qu’aucun tournoi féminin n’existe actuellement en Belgique alors que le vivier chez les filles dans le top 200 est plus important que chez les garçons. Mais je peux tout à fait comprendre que le tennis masculin soit plus vendeur que le tennis féminin.

Pour rester sur ce qui se passe en Belgique, je voudrais revenir sur la décision de Johan Van Herck d’arrêter dans son rôle de capitaine en Coupe Davis et Billie Jean King Cup en 2024. Je pense que Johan avait peut-être fait le tour de la question après tant d’années à la tête de nos équipes nationales. Il n’a plus rien à prouver et on peut dire qu’avec les garçons, il a récolté de superbes résultats. En ce qui concerne sa succession, je trouve que Steve Darcis possède le profil idéal. Il a toujours montré son amour pour l’équipe nationale belge et possède assez d’expérience mais aussi d’empathie pour remplir une telle mission aussi bien chez les hommes que chez les femmes. On a aussi parlé de Kirsten Flipkens. Mais à mes yeux, elle ne peut pas combiner sa carrière de joueuse et devenir capitaine de nos équipes nationales. Il pourrait y avoir des conflits d’intérêts chez les femmes. Ruben Bemelmans pourrait aussi représenter un bon candidat. Le fait qu’il entraîne Zizou Bergs ne serait pas incompatible avec le poste.


Comments


bottom of page